© Marikel Lahana

© Vincent Zobler

© Vincent Zobler

théâtre

Carte Noire nommée désir

Rébecca Chaillon

crédits

texte et mise en scène Rébecca Chaillon

Bebe Melkor-Kadior, Estelle Borel, Rébecca Chaillon, Aurore Déon, Maëva Husband en alternance avec Olivia Mabounga, Ophélie Mac, Makeda Monnet, Fatou Siby

dramaturgie Céline Champinot
assistanat à la mise en scène Olivia Mabounga, Jojo Armaing
scénographie Camille Riquier, Shehrazad Dermé
création et régie sonore Elisa Monteil, Issa Gouchène
régie générale & plateau Suzanne Péchenart
création & régie lumière Myriam Adjalle
construction Samuel Chenier, Baptiste Odet
collaborations artistiques Aurore Déon, Suzanne Péchenart

production et  développement L’Oeil Ecoute – Mara Teboul, Elise Bernard

co-production et accueil en résidence La Manufacture CDN Nancy Lorraine, Le Carreau du Temple Établissement culturel et sportif de la Ville de Paris, Le Maillon Théâtre de Strasbourg scène européenne, La Scène Nationale d’Orléans, Le Fond de Dotation Porosus, Le Fond Transfabrik fond franco-allemand pour le spectacle vivant, Le Nordwind Festival,  Maison de la Culture d’Amiens-Scène nationale, L’Aire libre Centre de Production des Paroles contemporaines Rennes, La Ferme du Buisson Scène nationale de Marne-la-Vallée, CDN de Normandie – Rouen, Le Théâtre Dijon-Bourgogne CDN, La Rose des Vents Scène nationale Lille Métropole, Villeneuve d’Ascq

coproduction le Phénix scène nationale Pôle européen de création dans le cadre du Campus partagé Amiens – Valenciennes, Théâtre Sorano

soutiens Les SUBS à Lyon et le Générateur – lieu d’art et de performances, La Loge à Paris, Kampnagel Fabrik Hambourg, Dans les parages – LA ZOUZE Cie Christophe Haleb Marseille, Fonds d’Insertion pour Jeunes Comédiens de l’ESAD – PSPBB

participation artistique ENSATT 

La Cie Dans le Ventre – Rébecca Chaillon est artiste associée au Théâtre de la Manufacture – CDN de Nancy. Rébecca Chaillon est représentée par L’ARCHE – agence théâtrale.

Au commencement : une blague en forme de point d’interrogation sur les boissons chaudes, le colorisme et le colonialisme. Elle devient la fabrication d’une communauté sur scène entamant un voyage initiatique poétique de réappropriation de leur Histoire de femmes noires dans un pays qui n’est pas décolonisé de ses imaginaires.
Ensemble, les huit interprètes multiples mais unifiées, se transforment sans cesse, elles sont des Alices trop souvent inadaptées au monde et glissent dans un long tunnel avec à chaque bout, leur affreux-passé et leur afro-futur. Une tentative d’œuvre performative d’empuissancement qui n’épargne ni les oreilles ni les yeux.

Pôle européen de création

collège européen

Coproduction