La vie en vrai

tout public
  • 2022
    • sam. 26 février. > 20:00

Tarifs.
gratuit | sur réservation

musique théâtre

Marie Fortuit | Les louves à minuit

« La vie en vrai » est une plongée vibrante dans le répertoire d’Anne Sylvestre. En revisitant ses textes, ses mélodies mais aussi ses engagements féministes et humanistes, ce spectacle musical répond à la nécessité de reprendre le flambeau de celle qu’on appelait « Madame Anne ». Le titre du spectacle – qui est aussi une chanson éponyme d’Anne Sylvestre – résonne plus que jamais aujourd’hui : comment retrouver, ensemble, « la vie en vrai » ? Marie Fortuit au chant (et parfois à la guitare) et Damien Groleau au piano convoquent avec complicité, douceur mais aussi radicalité cette figure de la chanson française qui a su enchanter avec tant de simplicité les places de village, les cabarets et les plus prestigieuses salles de concert.

Note d’intention de Marie Fortuit | La vie en vrai

A l’origine
« C’est vrai qu’on dit c’est beau la vie comme dans les livres, on rêve de la vivre aussi comme c’est écrit ». Ainsi commence la chanson Dans la vie en vrai, composée et interprétée par Anne Sylvestre en 1981. J’ai découvert ce texte peu après sa mort, en décembre 2020, et c’est comme si ce titre m’avait appelée, en écho à la situation que nous traversions lors de la deuxième vague de confinements et aujourd’hui encore à l’heure des ré-ouvertures : comment reprendre collectivement le chemin de la « vie en vrai » ?

Comment retrouver ce à quoi nous aspirons et ce à quoi nous rêvons, loin des écrans, des espaces réduits et des déplacements limités ? J’ai eu envie de concevoir un spectacle qui puisse être un moyen de répondre à ce questionnement, un espace artistique et festif pour se retrouver. En me replongeant, au moment de sa disparition, dans les interviews d’Anne Sylvestre, je l’ai entendue expliquer à Jacques Chancel dans Radioscopie en 1978 que rien ne la ravissait davantage que « d’être chantée par des tas de gens, dans des tas de petites villes, dans des endroits inconnus ». Que résonnent sa parole et sa pensée par le biais de ses chansons composées « comme un trait-d’union » entre les gens. Je me suis alors dit que c’était « Madame Anne » – comme l’appelait sa grande amie et chanteuse Michèle Bernard- qui allait accompagner ma route artistique pour les nouvelles saisons à venir. Nous nous sommes réunis avec Damien Groleau, pianiste classique et de jazz et familier, dès la petite enfance, du clavier et de l’improvisation, et Mélanie Charreton, collaboratrice artistique, autour de la figure d’Anne Sylvestre. Nous avons exploré avec bonheur et émotion ses textes, ses mélodies. Nous avons re-découvert l’incroyable diversité d’une œuvre foisonnante de plus de trois cents chansons, allant du répertoire grand public aux fameuses Fabulettes qui ont bercé toute une génération d’enfants. Nous nous sommes plongés au cœur des combats, qui ont jalonné sa vie de femme, sa vie d’artiste. Qu’elle soit précurseuse du concept de
sororité (Frangines), qu’elle s’engage dans la lutte anti-militariste de la guerre d’Algérie (Mon mari est parti) ou qu’elle s’indigne face aux injustices liées à la condition domestique féminine (Clémence en vacances), Anne Sylvestre écrit ses chansons, parfois non sans humour, après une colère, une indignation. Il y a donc pour moi une nécessité, évidente, de reprendre le flambeau.

La création de La vie en vrai
« Mon verre n’est pas grand mais je bois dedans ». Déjà, cette phrase d’Anne Sylvestre avait été comme un porte-bonheur pour moi avant de monter sur scène, à 21 ans pour interpréter Cabaret à Lou, spectacle musical que j’ai crée en 2007, mêlant les Poèmes à Lou d’Apollinaire et les chansons de Léo Ferré. Nous l’avons tourné plusieurs saisons, dans les théâtres, les places de village les festivals ou même chez l’habitant, avec cette démarche essentielle à mes yeux d’amener « à la porte », la poésie et la musique aux spectateurs. C’est aussi cet élan qui m’anime dans la création et le partage de La vie en vrai. Au moment du choix des douze chansons qui allaient composer le spectacle, j’ai beaucoup réécouté la voix d’Anne Sylvestre : sa voix à nu, sa voix parlée, sa voix qui cherche ses mots pour être la plus précise, la plus incisive possible, pour délivrer sa pensée exacte.

Elle dit « Je suis pour les gens, qu’on leur laisse la possibilité d’être eux-mêmes ». Anne Sylvestre est pour moi une héroïne, qui a su allumer pendant soixante années « ses fagots de sorcière ». Avec Damien Groleau, nous avons construit une forme de une heure légère : juste un piano, quelques accords de guitare, une table d’écolière où sont déposés deux bougies et un transistor. Le spectacle commence par la voix d’Anne Sylvestre diffusée par une radio, comme s’il s’agissait de la découvrir, presque par surprise. Puis de se retrouver à chanter mine de rien ses œuvres les plus connues : la bouleversante Les gens qui doutent ou la caustique Petit bonhomme, mais aussi d’autres, plus confidentielles, comme Après le Théâtre, véritable ôde à la magie du spectacle. Ses chansons ont cela de théâtrales qu’elles nous racontent une histoire. C’est aussi cette dimension, sa tendresse, sa malice, sa joie de vivre et de combattre, qui lui permettaient une intense proximité avec son public. En cela aussi je me revendique de son empreinte, celle « de ne pas se fabriquer une image », d’être « la même sur la scène et dans la vie ». La Vie en vrai raconte donc cette nécessité de porter haut les couleurs des mélodies et des textes d’Anne Sylvestre. De continuer de donner vie à son œuvre exceptionnelle : de porter sa voix pour tracer nos voies.

LES REMÈDES DE L’ÂME

Nous retrouverons l’artiste Marie Fortuit pour une série de rencontres artistiques à destinations des patients•es et des professionnels•elles du Centre Hospitalier de Valenciennes entre janvier et juin 2022 dans les services. 


Retrouvez le blog de Plaine d’été

ANNULÉ mar. 14 déc. – 20h30 | MJC de Saint-Saulve
ANNULÉ mer. 15 déc. – 14h.| Centre Hospitalier de Valenciennes (Hall Jean Bernard)
26 fév. – 20h | Les cabarets de Léo, Hergnies

  • partagez :