fleche

CABARET DE CURIOSITÉS : LA DÉMOCRATIE, ET APRÈS ? / DEMOCRACY, SO WHAT ?

En a-t-on fini avec l’humanisme ? Les mutations accélérées au niveau social et politique ont bouleversé notre rapport au savoir, à l’héritage des Lumières et au vivre-ensemble. Le sentiment de dépossession de notre monde est paradoxal : nous en sommes pourtant les seuls acteurs. Nous sommes de plus en plus libres à titre individuel mais cette liberté compte de moins en moins dans le façonnement du destin collectif.

Pour reprendre les mots du philosophe et historien Marcel Gauchet, « ce malaise ne se réduit évidemment pas à l’abstention électorale ou à la perte de confiance dans les institutions. Un malaise dont le coeur paraît être le sentiment de dépossession et d’impuissance. Pour le traduire en des termes plus classiques de notre tradition politique, ce malaise semble procéder d’un divorce entre la liberté et le pouvoir. »

De la relecture des Bienveillantes de Jonathan Littell par Guy Cassiers à la propriété intellectuelle questionnée par Antoine Defoort, de l’empathie sociale de Lætitia Dosch aux Lettres de non-motivation de Julien Prévieux et Vincent Thomasset, de la Refonte constitutionnelle de Christoph Meierhans au Livre de cuisine des affamés de Karolina Brzuzan, nous explorons cette tension entre pouvoir et impuissance, individu et collectif.

Is humanism dead ? Society and politics have been changing so fast that our relationship to knowledge, the Enlightenment legacy and peaceful coexistence is disrupted. Our world feels dispossessed and yet we are the only ones responsible for it. As our freedom as individuals is greater, it less and less impacts on our collective future.

To quote philosopher and historian Marcel Gauchet, « this collapse is not merely a matter of electoral abstention or losing faith in the institution. A feeling of dispossession and helplessness lies at the heart of the problem. In terms of political tradition, it appears to be based on a split between freedom and power. »

With Jonathan Littell’s Bienveillantes adapted by Guy Cassiers, or the question of intellectual property questioned by Antoine Defoort, with Lætitia Dosch questioning social empathy or Lettres de non-motivation by Julien Prévieux and Vincent Thomasset, with Refonte constitutionnelle by Christoph Meierhans or Livre de cuisine des affamés by Karolina Brzuzan, let’s delve into this tension between power and helplessness, the individual and the group.

  • partagez :